01
décembre 2016

Livret A : un taux maintenu artificiellement à 0,75 %

Rédigé par Michel Rebou   Aucun commentaire   Mis à jour le  01/12/2016

Le Gouvernement a souhaité maintenir une rémunération satisfaisante pour les épargnants. Par ailleurs, Michel SAPIN a fait baisser le taux des PEL ouverts à compter du 1er août, ce qui permettra à ceux qui les ouvrent d’emprunter moins cher pour leur logement. La politique monétaire de la BCE ne fait pas que des heureux.

Comment est calculé le taux du livret A

Le taux du livret A est calculé sur l'inflation or la politique monétaire de la BCE fait que l'inflation a été très faible ces derniers temps (0,2 % sur un an en juin pour l'inflation hors tabac, qui sert de référence). Le taux du livret A devrait donc être réévaluer à la baisse. Compte tenu des chiffres de l'inflation le taux réel du livret A aurait dû être abaisser à 0,50 % si la formule de calcul prévue avait été appliquée. Par un tour de passe passe ministériel (les élections approchent il ne faudrait pas fâcher les petits épargnants) le taux a arbitrairement été fixé à 0,75%. C'est Royal !!.
La justification suivante a été avancée : "compte tenu du caractère exceptionnellement bas du niveau d'inflation, François VILLEROY DE GALHAU, Gouverneur de la Banque de France, a proposé au Gouvernement de déroger à la formule habituelle."

Par quoi compenser ce magnifique taux de 0,75% ?

Le Gouvernement a donc décidé de maintenir à 0,75% le taux du Livret A, afin de maintenir un rendement satisfaisant pour les épargnants. Le Gouverneur de la Banque de France propose également, dans un objectif de stabilité, que le taux reste inchangé en février prochain et que la formule de calcul du taux soit modifiée afin de réduire la volatilité du taux du livret A. Le Gouvernement a par ailleurs décidé, comme le propose le Gouverneur de la Banque de France, de baisser les taux des nouveaux plans d’épargne logement (PEL) ouverts à compter du 1er août, ce qui permettra aux épargnants d’emprunter à l’issue de la période de constitution de leur épargne à des taux plus faibles.

Le nouveau PEL

le taux de rémunération des épargnants par les banques lors de la phase d’épargne du PEL sera baisser et ne sera plus que de 1%, ce qui est un niveau cohérent avec celui des autres produits d’épargne existant sur le marché ainsi qu’avec la durée d’immobilisation de l’épargne (4 ans en règle générale pour le PEL) d'après le gouvernement.
Le taux d’intérêt maximal facturé par les banques aux épargnants choisissant d’emprunter dans le cadre des nouveaux PEL, à l’issue de la phase d’épargne, sera abaissé de 2,70 % à 2,20 %, soit un gain pour les emprunteurs de 50 points de base. Super quand on voit les taux d'emprunt en ce moment.
Le gouvernement précise que ces nouvelles règles permettront de conforter le positionnement du PEL comme outil de la politique du logement et du soutien public à l’accession à la propriété. Elles s’appliqueront aux nouveaux PEL et ne concernent donc pas le stock de PEL existants. Ouf ! on est sauvé.

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot asfpl ? :